skip to Main Content

Ayala au centre de la politique mondiale d’Europe

Avec son histoire, vieille de plus de 150 ans, Ayala est l’une des maisons de champagne les plus riches en tradition. Ces origines remontent à une période agitée, lorsque le vieux continent était encore au centre de la politique mondiale. La diplomatie, l’aristocratie et deux cours royales sont étroitement liées aux débuts d’Ayala. Commençons ce voyage dans le temps.

Une femme changera tout

Tout commença par un voyage. Quand le consul colombien, Edmond d’Ayala, arriva en France en 1855, il n’aurait pas pu s’imaginer ce qui l’attendait sur ce vieux continent. Fidèle à la tradition familiale, il entra de jeune âge dans le service diplomatique de son pays. Son grand-père, un aristocrate espagnol, avait été envoyé, en 1750, en qualité de ministre des finances dans la colonie espagnole de jadis – la Nouvelle-Grenade. Son fils, le père d’Edmond, participa avec Simon Bolivar au processus d’indépendance de la Colombie dans les années 1810. 

Portrait de Edmond d’Ayala (1831-1902), le fondateur de la maison de champagne Ayala. 

En 1855, la France était encore l’un des centres de la politique mondiale. C’était des années tumultueuses : Napoléon III. était devenu empereur en 1852 et avait proclamé le Second Empire. Mais le voyage d’Edmond n’avait pas la politique pour but mais le vin. Il avait été invité en Champagne par le vicomte de Mareuil pour se familiariser avec la culture viticole. 

Le séjour devait être que temporaire. Mais lorsque Edmond fait connaissance de la charmante Gabrielle d’Albrecht, la nièce du vicomte, tout changea : il tombe passionnément amoureux et se fiance avec elle. Pour le mariage, la jeune aristocrate apporte en dot le château d’Aÿ avec plusieurs vignobles. À l’issue du mariage, en 1860, Edmond fonde la maison de champagne Ayala dans la petite commune d’Aÿ.

La commune pittoresque d’Aÿ en champagne.

Les débuts de la montée en puissance époustouflante

La montée en puissance rapide de la maison s’effectua non seulement grâce à la diligence et à la créativité d’Edmond d’Ayala mais aussi grâce à ses relations parentales : Fernand d’Ayala, son frère, s’installe à Londres. Là-bas, il fait connaissance de personnalités importantes de l’aristocratie britannique et devient un confident proche du prince du Pays de Galles. Pour la maison Ayala, ces relations ouvrent les portes à la cour royale d’Angleterre. 

Ayala commence à livrer à la cour royale d’Angleterre un champagne moins sucré mais plus fort et pur qu’on avait l’habitude de produire à l’époque, ce qui correspondait mieux aux goûts locaux. Grâce à cette idée innovatrice, Ayala sera longtemps le fournisseur officiel de la couronne anglaise. Cela représenta un privilège particulier compte tenu des caractéristiques de cette période impérialiste lorsque les puissances européennes ne cherchaient pas uniquement le prestige politique mais mettaient aussi en scène la somptuosité et la pompe de leur cour. 

Logo d’Ayala : à gauche, l’emblème de la cour royale d’Angleterre et à droite, celui de la cour royale d’Espagne. 

Mais l’histoire ne s’arrête pas là. L’entreprise parvient également à fournir le roi d’Espagne à Madrid. En qualité de fournisseur officiel des cours royales d’Angleterre et d’Espagne, la maison Ayala se trouve, vers 1900, au centre de la politique mondiale d’Europe. 

La maison Ayala a connu des débuts fantastiques. Mais le nouveau siècle n’annonce rien de bien : le tourment du phylloxéra, des mauvaises récoltes, la révolte des vignerons en 1911 ainsi que l’effondrement de l’économie mondiale en raison de la Première Guerre mondiale plongeront la maison de champagne dans une crise profonde. 

Est-ce que vous avez aimé cet article ? Alors suivez la suite de l’histoire d’Ayala. Dans notre prochain article, nous parlerons de l’ère d’or de la maison de champagne. Pour lire l’article, cliquez ici. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top