skip to Main Content

Friedrich Dürrenmatt et les vins les plus exquis de France

La Panne de Friedrich Dürrenmatt

Friedrich Dürrenmatt (1921-1990) est, avec Max Frisch, l’un des deux écrivains suisses les plus importants de l’après-guerre. Le dramaturge a écrit des pièces de théâtre connues dans le monde entier tel que La Visite de la vieille dame ou encore Les Physiciens. Avec Le Juge et son bourreau, il s’est aussi fait un nom d’auteur de romans policiers, ce genre, dont il essaie toujours de dépasser les conventions traditionnelles, tel que le montre aussi son roman La Promesse.

Pour découvrir le monde du vin dans son oeuvre littéraire, la courte nouvelle La Panne de 1956 s’avère idéale. De vraies scènes dionysiaques s’y déroulent. À la suite d’une panne d’automobile, le commerçant Alfredo Traps débarque dans un petite village. Ne pouvant pas trouver de chambre d’hôtel libre, un juge retraité lui propose de passer la nuit chez lui.

L’hôte invite aussitôt Traps pour souper avec lui et ses amis retraités : un ancien procureur, un ancien avocat et un ancien bourreau. Contrairement aux attentes de l’invité, la soirée ne sera pas du tout ennuyeuse. Car il a été décidé de jouer un procès fictif auquel tous les invités reprennent leur ancien métier. À Traps, on attribue le rôle d’accusé.

Friedrich Dürrenmatt (à droite) avec Max Frisch (à gauche) dans la Kronenhalle à Zurich en 1961.

Les meilleurs vins de France

Pendant ce jeu de rôle, le lecteur pourra découvrir les meilleurs vins français servis durant ce repas exquis. La tablée débouche d’abord un Réserve des Maréchaux. Puis suivront deux vins prestigieux de Bordeaux : le Pichon-Longueville 1933 du vignoble de Pauillac et le Château Pavie 1921 provenant de Saint Émilion. 

Le banquet sera couronné par l’ouverture d’un Château Margaux : « Alle starrten auf den Richter, der die verstaubte Flasche (Jahrgang 1914) vorsichtig und umständlich zu entkorken begann, mit einem sonderbaren, altertümlichen Zapfenzieher, der es ihm ermöglichte, den Zapfen aus der liegenden Flasche zu ziehen, ohne sie aus dem Körbchen zu nehmen, eine Prozedur, die unter atemloser Spannung erfolgte, galt es doch, den Zapfen möglichst unbeschädigt zu lassen, war er doch der einzige Beweis, dass die Flasche wirklich aus dem Jahre 1914 stammte, da die vier Jahrzehnte die Etikette längst vernichtet hatte. »

Le motif pour servir ce fameux bordeaux du domaine viticole Château Margaux avait été la découverte d’un meurtre commis par le commerçant Traps tout au long du procès orchestré. Mais est-ce qu’on jouait vraiment encore ? Traps, pour sa part, était persuadé de sa culpabilité. En tout cas, le vin lui était bien réel. 

Dans notre cycle à propos de la littérature suisse, nous publions régulièrement des articles sur le vin et les écrivains suisses.

Source électronique d’image : l’image provient de l’ETH-Bibliothek Zürich, Bildarchiv / Fotograf: Metzger, Jack.

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top