skip to Main Content

Conrad Ferdinand Meyer et le vin de Champagne

Les guerres de Religion en France du XVIe siècle

Moins connu que ses contemporains Gottfried Keller et Jeremias Gotthelf, l’écrivain et poète suisse allemand, Conrad Ferdinand Meyer (1825-1898), a créé une oeuvre imposante décidée au réalisme. Ce genre littéraire, faisant fureur dans toute l’Europe au XIXe siècle, créa des chef-d’oeuvres grandioses, notamment Effi Briest (Theodor Fontane), Madame Bovary (Gustave Flaubert) et Guerre et Paix (Lew Tolstoi). 

En qualité d’écrivain francophone, Meyer n’a pas seulement traduit des ouvrages françaises en langue allemande mais a aussi mis la France au centre de son oeuvre. La nouvelle Das Amulett (1873) se penche sur les guerres de Religion en France au XVIe siècle. Un Bernois et un Fribourgeois se retrouve dans les troubles de la guerre civile religieuse à Paris et essayent ensemble d’y en échapper. 

Conrad Ferdinand Meyer a créé une oeuvre littéraire d’importance.

L’histoire incorrecte du vin de Champagne

À l’époque de Meyer, le champagne était une boisson de luxe très répandue, accompagnant toutes les grandes solennités. Dans le passage suivant, le protagoniste historique goûte à ce vin délicieux : Le Bernois et le Fribourgeois, en route pour Paris, sont dans une auberge française en compagnon de deux autres voyageurs. « Nachdem unter den üblichen Erkundigungen und Reisegesprächen das Mal beendigt und zu einem bescheidenen Nachtisch das perlende Getränk der benachbarten Champagne aufgetragen war, fing die Rede an zusammenhängender zu fliessen. » (Après avoir fini le repas avec les conversations usuelles de voyage et que le modeste dessert, cette boisson pétillante de la Champagne voisine, avait été servi, les paroles, d’un seul tenant, coulaient plus facilement.) 

Malgré ses recherches historiques, il semble que Meyer, bien familier avec le champagne de son époque, ait commis un anachronisme. Il est vrai que, depuis l’antiquité romaine, il existe des vignes en Champagne. Mais les fruits de celles-ci produisaient simplement des vins blancs non pétillants. À partir du XVIIe siècle seulement, les premières grandes productions de vins mousseux sont créées en Champagne. 

Du champagne en dessert?

Un autre aspect intéressant illustré dans ce passage est le fait que le champagne soit servi au dessert. N’est-ce pas mal vu aujourd’hui ? En effet, les vins mousseux sont plutôt servis en apéritif ou pour accompagner des plats principals. Car la combinaison entre friandises sucrées et champagne n’est pas toujours idéale. 

Il n’empêche que les vins mousseux de Champagne peuvent aussi être servis au dessert. À côté de beaucoup de mousses et de glaces mélangées au champagne, un bon verre de champagne s’accorde parfaitement à des fruits d’été tels que les fraises, les framboises, les mûres et les groseilles. Le champagne contribue ainsi à une fin de repas pétillante. 

 

Dans notre cycle à propos de la littérature suisse, nous publions régulièrement des articles sur le vin et les écrivains suisses.

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top