skip to Main Content

Le domaine Magnien – précurseur de la vinification en jarre

Le but ambitieux de Frédéric Magnien

Depuis 2008, Frédéric Magnien, fils de Michel Magnien, gère le domaine familial à Morey-Saint-Denis, dans la région bourguignonne de la Côte de nuits. Frédéric poursuit un but ambitieux : il recherche le vin qui serait le reflet exact de son terroir. 

Pour se rapprocher de son idéal, tout le domaine a d’abord été entièrement reconverti en agriculture biologique. Pour revivifier et stimuler le terroir, le domaine passe ensuite à la biodynamie. 

Frédéric Magnien entouré de ses nouvelles jarres dans sa cave à vin.

Magnien devient précurseur d’une nouvelle vinification

En 2015, Frédéric Magnien commença à expérimenter avec une nouvelle technique de vinification qui lui vaudra le titre de précurseur. Il décide d’élever une partie de ses vins dans des grandes jarres en terre glaise. Cette méthode d’affinage se pratique très peu dans la région viticole de Bourgogne. Les vignerons ont plutôt l’habitude de faire mûrir leurs vins dans des barriques, avant tout dans le vignoble de la Côte de nuits. 

Aujourd’hui, la cave à vin de la maison Magnien ressemble à un domaine agricole de l’antiquité romaine. Le domaine possède environ 200 jarres de 160 litres et 36 avec une capacité de 320 à 750 litres. 

Le goût authentique du fruit

Mais pourquoi l’utilisation de jarres ? Frédéric Magnien était à la recherche d’une cuve permettant une micro-oxydation qui n’influence pas le développement du goût du vin. C’est ainsi qu’il fit connaissance de la jarre.  

Pour que les vins restent dans le canon aromatique des vins de Bourgogne, il s’agit principalement d’assemblages : les vins élevés en jarres sont associés à une plus petite quantité de vins élevés en barriques. Grâce à cette association, le dégustateur pourra retrouver le goût de bois traditionnel tout en jouissant d’un fruit plus authentique. 

Comme dans l’antiquité romaine : les jarres dans la cave du domaine Magnien.

Sélection de vins du domaine Magnien élevés en partie en jarre (depuis 2015)

Cet article comporte 1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top